lundi 28 novembre 2016

Lady Helen



Auteur : Alison Goodman
Gallimard jeunesse, 2016 - ISBN : 9782070663477 - 576 p.
Ado – Jeunes adultes
Résumé de l'éditeur :  
Londres, avril 1812. Lady Helen Wrexhall s'apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l'espoir de faire un beau mariage. Mais d'étranges faits surviennent qui la plongent soudain dans les ombres de la Régence : une bonne de la maison disparaît, des meurtres sanglants sont commis et Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltré toutes les couches de la société. Lady Helen est dotée d'étranges pouvoirs mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d'insouciance pour basculer dans un monde terrifiant?  

Ma critique : 
Lady Helen Wrexhall vit chez son oncle et sa tante Lady et Lord Pennworth, depuis la mort de ses parents. Nous sommes en 1812, à Londres.
Lady Helen, comme toutes les jeunes filles de son âge, partage son temps entre les visites, les dîners, les bals et surtout son entrée dans le monde. Mais, elle n’est pas tout à fait comme toutes le autres jeunes filles : trop agitée, trop assurée, trop énergique.  
Sa rencontre avec Lord Carlston (qui a une très mauvaise réputation) va changer à jamais sa vision du monde. Il va lui faire connaître le Club des mauvais jours : une société secrète chargée de combattre des démons infiltrés dans toute la société. Helen sait donc pourquoi elle est si différentes des autres : elle possède des pouvoirs capables de combattre ces monstres. Va-t-elle cependant renoncer à sa vie et au destin qui lui est tout tracé ?

Bals et démons !
C’est donc dans une ambiance à la Jane Austen que démarre cette trilogie.  Le décor est planté. Nous sommes dans une famille de la haute société anglaise, très attachée à l’étiquette et à la bienséance. Nous suivons Helen dans ses préoccupations quotidiennes : les invitations, les « potins », les tenues, la couture, les visites de tel gentleman ou tel autre Lord. Puis, les éléments plus fantastiques s’intègrent dans le récit, à petites doses. Jusqu’à prendre de plus en plus de place.
Helen se retrouve avec de nouvelles possibilités, connaît ses premiers émois amoureux, ses premières frayeurs, des grands moments de rébellion et tente de prendre son destin en main. 
J’ai beaucoup, mais alors beaucoup, aimé ce mélange de romance et de fantasy. Helen est une héroïne qui n’a pas froid aux yeux mais qui reste ancrée dans son époque. Nous avons donc une vraie ambiance à la Jane Austen (aaah ! les intrigues amoureuses et les bals de l'époque victorienne) à laquelle s'ajoute, sans que cela fasse étrange, un monde complètement fantastique et dangereux. L'histoire peut paraitre un peu longue à démarrer, il est vrai. Mais je trouve que cela permet de bien connaitre le contexte historique, les personnage et leur psychologie. Cela permet aussi à l'ambiance fantastique de s'installer tranquillement sans que cela soit brutal.Du coup, tout paraît très cohérent, même les évènements les plus fous !  Bref, une belle alchimie qui a provoqué chez moi un véritable coup de cœur. J’ai vraiment hâte de lire la suite. Je pense que cette série pourra plaire aux fan de Jane Austen et à ceux qui ont lu la série "Le protectorat de l'ombrelle". 

Pour conclure : Je suis emballée par ce roman.. et je n'ai pas vu passer les 576 pages !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire